Prévoyance pour les collaborateurs

«Mon chef ne doit rien savoir»

De nombreux collaborateurs redoutent de parler de leurs problèmes personnels dans leur entreprise. Les solutions sont néanmoins multiples: elles vont des conseillers externes à la Helpline professionnelle.

Aider ses collaborateurs, mais de la bonne manière

mann-ueberlastet

Un couple est sur le point de rompre. Un supérieur hiérarchique a régulièrement des accès de colère. Un conseil en investissement se solde par un échec. Des collègues se livrent à du harcèlement et «ne pensent pas à mal». Un fils caresse des idées radicales et une fille s’affame au point de ne plus peser que 40 kilos. L’argent prévu pour les vacances a été dépensé. Un collaborateur ne parvient pas à faire son travail. Les deux parents nécessitent de plus en plus de soins.

Il existe 1001 raisons expliquant pourquoi les problèmes peuvent nous accaparer l’esprit. La personne touchée a alors besoin d’aide, ici sous la forme d’une Helpline: une personne à l’écoute, faisant preuve de compréhension et ne portant aucun jugement, mais qui propose, en tant que spécialiste qualifié et expérimenté, une solution pour sortir de cette ornière. Ce spécialiste propose son assistance pour mettre fin à cette situation pénible. 

Et la confidentialité dans tout cela?
Certaines entreprises proposent un service de conseil interne pour traiter les demandes d’aide des collaborateurs. À l’occasion d’entretiens individuels, les assistants sociaux reviennent sur les problèmes, instaurent une relation de confiance et stabilisent les collaborateurs. C’est tout du moins le plan prévu. Si ce dernier échoue, cela est moins dû aux conseillers qu’au problème principal. Les collaborateurs s’interrogent: «À qui je parle en réalité?» Les assistants sociaux internes à l’entreprise sont souvent considérés, avec défiance, comme le «bras armé» de la direction. Les collaborateurs redoutent que leurs problèmes soient ébruités dans l’entreprise. Et le chef ne doit vraiment rien savoir.

Pour éliminer ces réserves, le service d’assistance sociale de l’entreprise est externalisé. Les conseillers externes ne connaissent pas le supérieur hiérarchique et ne lui diront rien. Ils proposent une aide pour s’aider soi-même et ne se mêlent pas des processus internes de l’entreprise. L’anonymat est synonyme de franchise et de transparence: c’est ainsi que se conçoit l’Employee Assistance Program (EAP). Plus de 80 % des groupes américains y ont recours, alors que cette pratique est encore très peu répandue en Suisse. Toutefois, la demande de ce service augmente. Un environnement professionnel exigeant une disponibilité permanente et une souplesse spatiale et temporelle finit par peser sur les collaborateurs. Nombreux sont ceux qui ne supportent plus cette pression en termes de délais et de performances. Les conséquences se traduisent par les symptômes du stress, des troubles du sommeil au burnout en passant par les dépressions.

Les salariés et l’employeur bénéficient tous de l’EAP
Les entreprises responsables ne laissent pas la situation se dégrader à un tel point. Elles estiment en effet que leurs collaborateurs constituent leur ressource la plus précieuse. Dans les faits, les prestataires proposant un EAP, à l’image d’ICAS, parlent d’une situation gagnant-gagnant: un conseil externe profite non seulement aux collaborateurs touchés, mais également à l’entreprise elle-même, qui peut de nouveau compter sur des collaborateurs motivés et performants à l’issue d’un conseil couronné de succès. 

Par le biais de sa Helpline, la Bâloise Assurances coopère avec ICAS, l’un des leaders mondiaux en matière d’EAP. Les compétences des experts d’ICAS s’appuient sur trente ans d’expérience: «Plus tôt les services EAP sont mis en place, plus le risque de présentéisme et de restrictions personnelles (comme des problèmes de santé ou une moindre capacité de performance des collaborateurs) est faible. Pour l’entreprise, une assistance précoce est synonyme de hausse de la productivité et de baisse des coûts.»

À tout moment, une assistance illimitée, gratuite et anonyme.

chefin-am-telefon

L’offre Helpline de la Bâloise Assurances propose à vos collaborateurs et à leurs proches vivant dans le même ménage un accès direct à l’Employee Assistance Program d’ICAS. Cette aide est gratuite, illimitée et anonyme, 24 heures sur 24, par téléphone ou sur place, et en quatre langues. Des spécialistes externes (juristes, psychologues, psychothérapeutes, coachs en management) s’occupent de tous les problèmes de vos collaborateurs et proposent une aide à l’autonomisation. La confidentialité et l’anonymat sont garantis.

Pour tout savoir sur la Helpline

Cela pourrait vous intéresser:

Avez-vous une question? Top