«Nous avons été piratés!»: un gérant raconte

Kenneth Reber, gérant d’une entreprise de technique de ventilation dans l’Oberland bernois, n’aurait jamais pensé que son entreprise serait victime d’une cyberattaque. Dans la vidéo, il raconte comment il a vécu l’attaque par rançongiciel et comment la cyberassurance de la Bâloise l’a aidé.

L’inattendu arrive

Cela se passe un jour d’octobre de l’année 2020: tôt le matin, un collaborateur inquiet informe Kenneth Reber qu’il n’a plus accès aux fichiers de l’entreprise. En effet, tous les fichiers sont bloqués, y compris les données dans le cloud, et le gérant lui-même ne peut plus non plus y accéder. Il réalise que l’inattendu est arrivé: son entreprise a été victime de cybercriminels. 

Je n’aurais jamais pensé que notre entreprise pouvait être une cible intéressante pour les pirates informatiques. Je suis d’autant plus heureux que nous ayons conclu une cyberassurance auprès de la Bâloise.

Kenneth Reber, gérant

Le plus gros point faible: l’être humain

Kenneth Reber contacte immédiatement la Bâloise, auprès de laquelle il a conclu une cyberassurance il y a quelques années, et décrit ce qui s’est passé. Très vite, il s’avère qu’il s’agit d’une attaque par rançongiciel. Un rançongiciel est un maliciel qui est installé sur l’ordinateur. Avec celui-ci, les pirates informatiques cryptent l’accès aux données de la société concernée et exigent une rançon élevée pour leur déblocage. 

Même lorsqu’une entreprise prend des mesures de sécurité contre les cyberattaques, le plus gros point faible de l’entreprise perdure: l’être humain. En effet, dans le cas présent, un collaborateur avait ouvert la pièce jointe d’un e-mail.

Les systèmes du client étaient certes bien protégés, mais les pirates exploitent une fois de plus le point faible, l’être humain.

Erich Widmer, inspecteur de sinistres, Bâloise Assurances

Le plus gros problème: l’interruption d’exploitation

L’une des conséquences les plus coûteuses et les plus désagréables d’une telle attaque pour l’entreprise est l’interruption d’exploitation. Même si Kenneth Reber et son équipe disposent heureusement de quelques plans de construction physiques sur lesquels ils peuvent continuer de travailler, le gérant se voit contraint de renvoyer une grande partie de son équipe à la maison. Cela dure deux semaines avant que les données soient restaurées et que l’entreprise puisse reprendre son travail. Étant donné que Kenneth Reber a intégré l’interruption d’exploitation dans la cyberassurance de la Bâloise, il n’a subi aucun dommage financier à ce sujet.

Grâce à notre service 24/7, nous avons pu prendre les premières mesures avec le client tôt le matin.

Georg Zimmer, IT System Engineer & Service Manager, wizlynx group

Aide professionnelle immédiate

Suite à une cyberattaque, nous sommes à vos côtés avec une équipe d’experts, tels que notre partenaire wizlynx, et apportons une aide professionnelle immédiate. Ainsi, nous garantissons entre autres que vous puissiez reprendre au plus vite l’exploitation dans le cas d’une éventuelle interruption.

Cyberassurance pour PME

Protégez votre entreprise contre les conséquences d’une cyberattaque

Das könnte Sie interessieren

Magazine
Comment pouvons-nous vous aider ? Top