Habitat et propriété

Planifier son logement en propriété à long terme

Quand on achète un logement, il faut aussi songer à plus tard. Un logement sans barrières permet en effet de mener plus longtemps une vie autonome.

Le logement sans barrières: un choix intelligent à tout âge

Vu l’évolution démographique, dans le futur, de plus en plus de gens auront besoin d’un logement sans barrières. À long terme, l’investissement dans un logement sans barrières est donc un bon choix. Si l’on achète un logement aujourd’hui, il faut aussi songer à plus tard. Combien de fois des personnes âgées ne doivent-elles pas quitter le quartier qu’elle affectionne, parce que leur logement comporte des barrières impossibles à supprimer? On peut éviter cela en songeant à plus tard dès l’achat ou la construction. De plus, ce qui apparaît essentiel pour une personne âgée ou utilisant un fauteuil roulant ou un déambulateur constitue aussi un gain de confort pour les gens plus jeunes. Voici quelques conseils pour une absence de barrières et une planification à long terme lors d’un achat immobilier, d’une nouvelle construction ou de la rénovation d’un logement en propriété.

Étage et ascenseur

Les logements de plain-pied sont les plus aisément accessibles mais ils n’offrent généralement pas la même luminosité ni la même sécurité contre l’effraction que les logements situés aux étages supérieurs. Un ascenseur permet d’accéder facilement à tous les étages mais accroît bien sûr le coût d’une propriété par étage et entraîne des frais d’exploitation, répartis entre les propriétaires de l’immeuble. Peut-être êtes-vous encore jeune et pensez-vous que vous n’avez pas besoin d’un ascenseur pour monter au deuxième étage. Mais qu’en sera-t-il dans 20 ans? 

Un bâtiment ancien sans ascenseur peut même considérablement compliquer la vie d’une jeune famille habitant aux étages supérieurs. Il n’y a pas toujours suffisamment de place dans la cage d’escalier pour passer un landau ou un vélo d’enfant. Les parents sont amenés aussi à monter et descendre sans cesse les ustensiles dont ils ont besoin. N’oubliez pas non plus que vos parents ne peuvent garder vos enfants dans votre logement qu’à la condition qu’ils puissent y accéder.

Si l’on veut pouvoir continuer à mener une vie autonome à un âge avancé, il faut pouvoir se déplacer librement autour et à l’intérieur de son logement. Il suffit aussi d’avoir une jambe dans le plâtre ou une cheville foulée pour apprécier les avantages d’un logement sans barrières à un plus jeune âge.

Frau mit Enkelin

Salle de bains sans barrières

L’équipement d’une salle de bains sans barrières dépend des besoins de l’utilisateur de fauteuil roulant. Dans tous les cas, une telle salle de bains suppose une douche de plain-pied et un lavabo accessible en fauteuil roulant. Les toilettes doivent se situer à une hauteur comprise entre 46 et 48 centimètres, de manière que l’utilisateur de fauteuil roulant puisse passer facilement du fauteuil au siège de la cuvette. Toutefois, les sièges situés plus haut sont également plus agréables pour des personnes plus jeunes. Il est important aussi qu’il y ait suffisamment d’étagères. Une salle de bains sans barrières dans une maison individuelle à plusieurs étages doit toujours se trouver à l’étage où se situe l’entrée. Les poignées de maintien et autres sièges de douche peuvent être rajoutés par la suite. En revanche, il est impossible de changer la largeur des portes: elle doit être de 90 centimètres au moins.

Accès à la maison

L’accès doit être de plain-pied. Une seule marche suffit déjà à constituer un obstacle insurmontable pour une personne souffrant d’une déficience physique. Les accès comportant quelques marches peuvent être rendus parfaitement praticables par la mise en place d’une rampe. Aussi idylliques qu’elles puissent paraître, les maisons sur pente sont donc souvent inappropriées. Cela dit, il y a deux scénarios possibles avec ce type de maisons. Celles situées en contrebas de la rue autorisent souvent un accès sans barrières. Celles situés en hauteur par rapport à la rue peuvent également être libérées de toute barrière mais à condition d’installer un ascenseur, avec les frais que cela suppose. À la longue, les jeunes parents se lassent aussi de devoir monter chaque fois leurs courses à l’étage, avec l’enfant et son buggy en prime.

Planifier à long terme, cela va au-delà de l’absence de barrières

Une enquête de la société de conseil Wüest & Partner réalisée en collaboration avec la NZZ en 2015 a révélé que les personnes âgées veulent vivre le plus longtemps possible de façon autonome. Pour elles, l’absence de barrières dans le logement n’est pas le seul élément déterminant, sa situation et sa desserte sont également essentielles: concrètement, les personnes âgées souhaitent pouvoir accéder aisément aux transports publics, aux magasins et à leur médecin.

Dès lors, bien des gens propriétaires d’une maison individuelle sont amenés, à la retraite, à s’en défaire au profit d’un appartement en propriété. Les personnes âgées de 65 à 79 ans préfèrent souvent un logement situé dans des quartiers d’habitation centraux. Au cours de leur dernière tranche de vie, les gens ont donc tendance à s’établir de nouveau en ville, parce qu’ils y trouvent ce qui leur manque souvent à la campagne: un logement sans barrières et un accès aisé à tous les services.

Cela pourrait vous intéresser:

Avez-vous une question? Top