Objets de valeur et électronique

Les coutumes de mariage dans le monde et en Suisse

Le jour des noces est indiscutablement l’un des plus beaux moments dans la vie d’un couple marié. Ils investissent énormément de temps et aussi pas mal d’argent dans son organisation; après tout, on ne se marie pas tous les jours et il faut que la journée soit la plus parfaite possible. Une certaine dose de stress est presque inévitable quand on accorde autant d’importance à une journée et que l’on veut placer la barre très haut, pour soi-même et pour autrui. On peut donc comprendre que de plus en plus de couples décident de prendre quelques libertés avec les nombreuses coutumes et traditions du mariage. De la demande en mariage au lancer de bouquet en passant par la bague de fiançailles, découvrez les coutumes de mariage d’une série de pays, ainsi que leur signification. Combien de ces coutumes avez-vous respectées ou vécues lors d’un mariage?

Les coutumes de mariage dans le monde

Même s’il existe de multiples traditions universelles autour du mariage, chaque pays, chaque univers culturel a ses propres coutumes, à commencer par la demande en mariage. Depuis toujours et dans le monde entier pratiquement, la demande est (encore toujours) une affaire d’hommes. Très romantiquement, de préférence à genou et en présentant à l’heureuse élue une bague sertie d’un diamant étincelant.

Chose étonnante à une époque où l’égalité entre les sexes fait tant débat, cela reste exceptionnel de voir une femme faire une demande en mariage. Malgré les changements sociaux, les traditions et les rituels restent apparemment bien ancrés dans les esprits. Dans deux pays d’Europe du Nord, les femmes se moquent pourtant complètement de cette répartition traditionnelle des rôles et ont adopté une autre tradition: en Grande-Bretagne, mais bien plus encore en Irlande, on pratique l’exception tous les 29 février. Les années bissextiles, ce sont les femmes qui demandent la main de leur chéri. Selon la tradition irlandaise, les hommes sont pratiquement obligés de dire oui; sinon, ils sont redevables à la dame. D’après la légende, cette coutume de mariage remonte à saint Patrick, qui avait choisi cette date à l’époque en marge de la loi pour permettre aussi aux femmes de faire leur demande.

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi on met un genou à terre pour faire sa demande? Cette tradition est même plus ancienne que celle de la robe blanche. D’après les historiens, l’homme – ou la femme éventuellement – montre ainsi son respect. Dans le monde chrétien plus particulièrement, la génuflexion est une marque d’humilité et de respect. Au Moyen-Âge, les chevaliers montraient leur loyauté en mettant un genou à terre. Aujourd’hui, ce geste a une connotation romantique et est devenu incontournable au cinéma. Mais comme d’autres, cette tradition est jugée de plus en plus vieillotte et perd progressivement du terrain.

À qui le tour?

Quand on arrive en célibataire à un mariage, on se demande presque immanquablement si l’on sera le suivant ou la suivante sur la liste. Les jeunes filles se retrouvent donc souvent – certaines un peu forcées – à attendre le jet du bouquet de la mariée. Mais, au fond, pourquoi la mariée a-t-elle un bouquet pour la cérémonie? Cet usage remonte à la Renaissance et avait un but très pratique au départ: à l’époque, l’air était vicié par le manque d’hygiène corporelle à l’époque et par la senteur entêtante de l’encens brûlé à l’église. Il n’était d’ailleurs pas rare que des mariées perdent connaissance. Un bouquet de fleurs odorantes prévenait les malaises tout en diffusant un doux parfum. Une tradition quasi incontournable de nos jours. La coutume du jet de bouquet est populaire en Europe et en Amérique surtout. Cette coutume veut que la dame qui attrape le bouquet soit la prochaine mariée.

Un autre accessoire est également interprété comme le signe d’un mariage imminent. En Turquie et en Grèce, les mariées écrivent les noms de leurs amies célibataires sur les semelles de leurs chaussures de mariage. Les dames dont les noms se sont effacés à la fin d’une soirée passée à danser ne tarderont pas à se marier elles aussi.

Les coutumes de mariage en Suisse

En Suisse, de nombreuses coutumes de mariage prises très au sérieux n’ont pas forcément une origine suisse mais n’en sont pas moins devenues incontournables. La haie d’honneur est l’une de ces coutumes. Elle symbolise le fait que les époux sont capables de surmonter ensemble tous les obstacles du mariage. Des collègues de travail ou des coéquipiers font une haie à la sortie de l’église ou du bureau de l’État civil. Les mariés passent alors à travers un tunnel de ballons de football, de raquettes de tennis ou de skis selon le hobby de la mariée ou du marié.

Le sciage d’un tronc d’arbre est un usage bavarois en réalité, que nous avons repris de nos voisins du Nord. Tout comme la haie d’honneur, cet usage symbolise les défis de la vie future des mariés. Le clou est de leur donner une scie plutôt émoussée pour scier un tronc ensemble. Cette coutume permet aux mariés de montrer comment relever des défis ensemble, tout en offrant un moment drôle aux invités. 

Le bien le plus précieux

Le mariage célèbre votre relation et la vie commune mais le bien le plus précieux est et reste l’amour entre deux personnes. Cela ne peut toutefois pas faire de tort de s’interroger sur l’opportunité de conclure une assurance objets de valeur pour vos anneaux de fiançailles ou de mariage, pour des cadeaux coûteux tels qu’une montre ou pour un objet précieux faisant partie du patrimoine familial. Il se peut que vous ayez déjà une assurance objets de valeur; il vous suffirait alors d’y inclure les nouveaux objets. Nous vous indiquerons volontiers les possibilités qui s’offrent à vous.

Cela pourrait vous intéresser:

Magazine
Avez-vous une question? Top