Prévoyance et patrimoine

Innover pour améliorer le conseil en placement

Développer votre fortune de façon optimale

Quand la science et la finance unissent leurs forces, cela donne des solutions innovantes offrant une vraie plus-value aux clients.

La numérisation dans le conseil en placement

Le marché suisse de la banque et de l’assurance a changé dans de nombreux domaines ces dernières années. Les prestataires ouverts aujourd’hui aux connaissances et technologies nouvelles ont l’opportunité de conquérir de nouveaux clients. Dans le domaine du conseil en placement et en patrimoine précisément, la numérisation devient un outil indispensable.

Équilibre entre risque et rendement
Les investisseurs s’efforcent de tirer parti du succès ou de l’insuccès des entreprises, directement ou indirectement, par l’achat ou la vente d’actions, le but étant de préserver ou d’accroître la valeur de l’investissement opéré.

Les opérations de placement sont toutefois souvent idéalisées. On entend sans cesse parler de gains et de pertes spectaculaires. Chacun de nous a déjà été confronté à ce genre d’histoires dans son entourage. Cette proximité entre chance et risque fait du placement un marché intéressant pour les innovations.

Conseil en patrimoine: gare au syndrome de l’argent facile
Cas suivant: une personne reçoit soudainement une importante somme d’argent – suite à un héritage par exemple – mais ne s’y connaît absolument pas en placements. L’entourage privé recommande de placer l’argent et prodigue des conseils. Les gains sont accentués à l’excès et les risques, trop peu mis en évidence. Cela amène forcément des attentes excessives chez l’investisseur. Il vaut donc toujours mieux demander conseil à un institut financier ayant pignon sur rue.

Le profil d’investisseur classique
Dans des opérations de placement classiques, le conseiller commence par déterminer le profil d’investisseur du client potentiel. Il s’agit de déterminer de combien d’argent le client dispose pour son placement et quels risques il est personnellement disposé à prendre. Le conseiller recommande ensuite une combinaison de fonds et de produits analogues. Pour les volumes de placement plus importants, le conseiller constitue un portefeuille d’actions combinant différentes branches, plusieurs monnaies et des valeurs internationales.

Le facteur humain: la finance comportementale
Le profil d’investisseur classique permet de couvrir quelques problématiques centrales. Mais il ne tient pas compte de la personnalité de l’investisseur. Le domaine scientifique de la «finance comportementale» étudie toutefois avec précision cette relation entre le profil personnel et le succès des placements. La «finance comportementale» révèle des sources d’erreur d’ordre comportemental de nature à mettre en péril le succès des placements.

Un conseil en placement personnalisé grâce à l’innovation

Bâloise Assurances et la Baloise Bank SoBa ont reconnu le potentiel de cette science. Avec le concours du professeur Thorsten Hens et d’une équipe d’experts de l’Université de Zurich, elles ont mis au point une méthode de conseil qui applique les connaissances de la «finance comportementale» aux activités de placement. Le résultat est un conseil structuré qui permet de cerner la personnalité financière du client.

Outre le profil d’investisseur classique, la nouvelle méthode de conseil BIA (Baloise Investment Advice) propose aussi un profil de décision individuel. Ces deux profils sont alors croisés pour définir un profil de mise en œuvre.

Le mix parfait entre théorie et pratique
La méthode BIA prévoit des entretiens de conseil approfondis et intensifs. Un questionnaire numérique permet de déterminer la personnalité financière de la personne conseillée. Le logiciel résume les réponses pour en dégager des informations concrètes dont le conseiller discute ensuite avec l’investisseur. Le client obtient notamment des informations sur le degré de risque individuel induit par les «pièges l’investissement». Ces pièges sont liés à des phénomènes psychologiques. Ainsi, la «conformité» personnelle (esprit grégaire) et l’«ancrage» (surpondération de faits connus mais sans aucune pertinence dans le futur) influencent les décisions de placement. Ce processus est généralement inconscient. La méthode BIA met ces influences en évidence.

Baloise Investment Advice (BIA)
Avec la méthode Baloise Investment Advice (BIA), la Baloise Bank SoBa intègre des éléments empiriques dans le conseil en placement. Les investisseurs bénéficient ainsi d’un conseil on ne peut plus personnalisé.

Cela pourrait vous intéresser:

Avez-vous une question? Top