Véhicules et voyages

Préparer sa voiture pour la saison froide

L’automne arrive, et avec lui davantage de dangers pour les automobilistes

En automne, le risque d’accident augmente

Il y a à peine quelques jours, on pouvait encore apprécier les agréables soirées d’été sur la terrasse, le balcon ou dans un restaurant de plein air. Mais la saison froide et humide arrive rapidement, octobre repousse l’été vers le passé. Mais l’automne peut non seulement s’avérer désagréable, mais aussi présenter un risque accru d’accident.

Conduire en automne
Les motifs sont nombreux et se renforcent mutuellement: la nuit tombe plus tôt, la visibilité est moins bonne, parfois même il y a du brouillard, et les feuilles mortes sur les routes rallongent le temps de réaction et la distance de freinage. Durant ces mois, la circulation rurale augmente également. De plus, de nombreux animaux sauvages traversent les rues et les chemins au crépuscule. Et puis, il y a plus souvent du brouillard et des tempêtes, ce qui accroît encore le danger. Il est statistiquement prouvé que les accidents augment. Il est donc essentiel de préparer correctement sa voiture à temps, et d’en assurer un entretien suffisant.

Voir et être vu
La règle numéro 1 est d’avoir toujours une bonne visibilité. Les feuilles mortes et les déchets des champs cumulés à l’humidité salissent rapidement les vitres. Il faut donc en tous cas vérifier que les essuie-glaces fonctionnent parfaitement. Et contrôler également le liquide vitres, en y ajoutant un produit antigel. On oublie aussi souvent d’avoir des lunettes de soleil à disposition. Car lorsque le soleil est bas il est particulièrement éblouissant. Ceci a déjà causé souvent des collisions ou des heurts dangereux de piétons. A propos collisions: c’est précisément maintenant qu’il faut conduire de manière particulièrement prévoyante. Car les coups de frein brutaux constituent presque obligatoirement une mise en danger lorsque la visibilité est mauvaise. 

Faut-il ou non des pneus d’hiver?

auto-mindestprofiltiefe

Contrairement aux pays voisins, les pneus d’hiver ne sont pas obligatoires en Suisse, même si les chaussées sont bien plus souvent couvertes de neige et de verglas dans les Alpes.

Il n’y aura donc pas d’amende si l’on n’équipe pas sa voiture de pneus d’hiver. Mais il existe de facto une obligation indirecte. En effet, l’art. 29 de la loi sur la circulation routière (LCR) prévoit que les véhicules ne peuvent circuler que s’ils sont en parfait état de fonctionnement et répondent aux prescriptions. Par ailleurs, l’article 26 alinéa 1 LCR précise que personne ne doit être gêné ou mis en danger par le comportement de ceux qui utilisent la route. Et, en cas d’accident lié à des pneus non adaptés, il peut y avoir une peine pécuniaire (art. 90, al. 2, LCR). Il appartient au conducteur de décider si et quand il mettra des pneus d’hiver. Dans ce contexte, vous devriez tenir compte de ce qui suit: à une température inférieure à 7 degrés, la distance de freinage avec des pneus d’été est déjà nettement plus longue, car le mélange de caoutchouc dont ils sont composés est différent de celui des pneus d’hiver. 

Attention au profil!
Contrairement au thème des pneus d’hiver, la loi règle en Suisse le profil des pneus. Il est fixé de manière générale à 1,6 mm. On recommande toutefois de n’utiliser que des pneus d’hiver ayant au minimum 4 mm de profondeur de profil pour assurer une adhérence optimale à la chaussée. (Pour les pneus d’été, la recommandation est d’au moins 3 mm).

Selon la région, les chaînes sont obligatoires
Pour les chaînes à neige, il n’existe pas non plus de loi générale en Suisse.

Tant les camions que les véhicules de tourisme ne sont soumis à aucune obligation. Toutefois, en particulier pendant la saison froide, il est recommandé d’avoir à bord un équipement d’hiver adapté.

Et dans certains domaines, les chaînes sont obligatoires. Ils sont signalisés par un panneau rond bleu affichant une roue avec des chaînes à neige. Au-delà de ce panneau, on ne peut circuler qu’avec l’équipement en question. Les chaînes doivent alors être montées sur au moins deux roues motrices du même axe. De plus, la vitesse maximale est de 50 km/h. En cas de non-respect, on risque une amende de 100 CHF.

Pour les véhicules à transmission intégrale, il faut monter au moins deux chaînes sur l’axe d’entraînement principal, comme décrit dans le mode d’emploi.

Les exceptions à l’obligation de chaînes sont signalisées par l’ajout « Sauf 4x4 ». Car même si les véhicules 4x4 assurent en montée, lorsqu’il s’agit de freiner ou de descendre, la transmission intégrale ne peut pas toujours empêcher le dérapage.

Pneus cloutés sur l’asphalte
Du 1er novembre au 30 avril, les pneus cloutés sont autorisés en Suisse; Mais il faut toutefois respecter certaines conditions: la vitesse maximale de 80 km/h doit être indiquée par un autocollant à l’arrière du véhicule.

Quant aux clous, ils ne doivent pas faire plus de 1,5 mm. Et le plus important: les pneus cloutés ne sont pas autorisés sur les autoroutes, à l’exception des tunnels du Saint-Gothard et du Grand Saint-Bernard.

Danger: animaux

auto_wild

Les risques d’accidents ne sont pas réservés à la ville et à ses nombreux habitants. Sur les routes de campagne également, l’automobiliste doit se préparer à des situations inhabituelles. Les cerfs, chevreuils et sangliers se déplacent davantage à cette saison, surtout le soir et la nuit. Prudence: les animaux sont rarement seuls. Souvent le premier chevreuil ou le premier sanglier est suivi d’un deuxième ou d’un troisième. En automne, il n’est pas rare de rencontrer un troupeau sur la route.

Dans ce cas, arrêtez-vous et attendez qu’il ait traversé. Ne dépassez qu’à bonne distance, et au ralenti, sans klaxonner.

Que faire en cas d’accident avec le gibier
Même le plus prudent des automobilistes peut avoir un accident. Si vous avez écrasé un animal, agissez comme il convient pour ne pas risquer de dommage personnel. Tout d’abord, sécurisez le lieu de l’accident avec un triangle de panne, puis appelez la police. Laissez les spécialistes dégager les animaux blessés ou morts. Le cadavre ne devrait être enlevé immédiatement de la route qu’en cas de mise en danger des autres automobilistes.

Généralement, la police relève d’éventuels dommages au véhicule à l’intention de l’assurance. Elle informe aussi le plus souvent le garde-chasse pour qu’il puisse s’occuper de l’animal blessé. Pour plus de sécurité, les automobilistes peuvent se faire établir une attestation de sinistre avec du gibier. Il sera alors plus facile de prouver le dommage à l’assurance.

Quelles sont les prestations de l’assurance?
Chez Bâloise Assurances, dans un tel cas, un expert automobile expertise immédiatement le véhicule. Il est important que l’accident ait été déclaré sans délai à la police et qu’il ait fait l’objet d’un procès-verbal. Ne faites réparer le véhicule que lorsque le dommage a été examiné et que l’assurance a clarifié la situation. Pour un accident avec le gibier, l’assurance casco partielle intervient déjà. Pour une protection totale, nous recommandons toutefois de souscrire une assurance casco complète (assurance casco partielle et casco collision).

Conclure l’assurance en ligne

Cela pourrait vous intéresser:

Avez-vous une question? Top