Véhicules et voyages

Une journée parfaite sur les pistes à la Théo Gmür

Pour un skieur professionnel alpin tel que Théo Gmür, les pistes sont une deuxième maison. Il sait où trouver les meilleures descentes, tout en étant conscient des dangers. Ses conseils sont d’autant plus précieux.

À vos skis, prêts, partez!

«Je ressens une joie inouïe et adore me rappeler comment, enfant, je dévalais les pistes.» Chaque année, le retour sur les pistes est une journée particulière pour Théo Gmür. Les montagnes sont son endroit préféré, sur le plan professionnel comme privé. C’est là où le skieur professionnel passe le plus clair de son temps. Là où il se sent le mieux. Il nous révèle ce qu’il faut pour une journée parfaite sur les pistes.

Le ski, son grand amour

Le ski fait partie de la vie de Théo Gmür depuis aussi loin qu’il s’en rappelle. Originaire de Haute-Nendaz, il avait trois ans lorsqu’il a chaussé des skis pour la première fois. «Un vrai coup de foudre», se rappelle le skieur. Tout petit déjà, il aimait la compétition et imitait son grand frère. Rien ne pouvait le tenir éloigné des pistes. Même son hémiplégie du côté droit, conséquence d’une attaque cérébrale à l’âge de deux ans.

La magie de la neige

Aujourd’hui, Théo Gmür livre des performances physiques exceptionnelles jour après jour. Il apprivoise son handicap, qui lui vole la majorité de son équilibre, de sa force et de sa coordination entre le haut et le bas du corps. Il puise sa motivation dans l’amour qu’il porte à la neige. «Je me sens en symbiose avec la neige et l’hiver. J’y ressens une joie et un bonheur purs», explique le triple médaillé d’or aux Jeux paralympiques de Pyeongchang. Il se réjouit d’autant plus que l’hiver soit enfin de retour. Pour lui, c’est vraiment la saison la plus magique.

Bien manger et s’échauffer, des aspects essentiels

Pour le Valaisan, une journée de ski parfaite commence par un déjeuner copieux et un véritable échauffement. «Il est important de bien mobiliser les genoux et le haut du corps», nous recommande le sportif d’élite. «Le danger de blessure est élevé à ces endroits.» Dans l’idéal, on procède déjà aux exercices correspondants avant le début de la saison. Notamment au début, le corps n’est plus habitué à skier; un début tout en douceur est donc capital. «Pensez aussi toujours à vérifier que votre équipement soit en ordre.»

Des boissons chaudes et une bonne compagnie

Théo Gmür accorde également une grande importance à un bon ravitaillement. Il ne part jamais sans un thermos de thé chaud et quelques en-cas. Ni sans ses amis, sa famille ou ses coéquipiers de l’équipe nationale. «N’oubliez jamais de sourire! Mais en ce qui me concerne, ce n’est pas un problème dès que je vois de la neige», rit le Valaisan.

Sa région d’origine, une vraie perle

Théo Gmür se sent bien dans la neige, qu’importe l’endroit. Mais ce qu’il préfère, ce sont les pistes de sa région. «Pour moi, Nendaz – 4 Vallées est le plus beau domaine skiable qui soit. J’y ressens une magie comme nulle part ailleurs», confie le skieur. Le plus grand domaine skiable de Suisse offre 410 km de pistes et de nombreux autres atouts pour les familles avec enfants comme pour les amateurs de freeride.

Attention, dangers!

Le ski est un sport fantastique, mais il n’est pas sans danger. Théo Gmür le sait bien: «Les plus grands dangers pour les skieurs? La neige, le matériel et la propension au risque. Lorsqu’on ne connaît pas le type de neige ou qu’on le sous-estime, on prend des risques. Et bien entendu, le bon équipement joue un grand rôle. Sans l’adapter aux conditions, l’accident guette. En fin de saison, la neige molle et le matériel usé recèlent plus d’un danger.» Le professionnel conseille donc de faire preuve de prudence, surtout lorsque qu’il y a du monde sur les pistes, et de contrôler régulièrement son matériel. «Et surtout, ne soyez pas trop ambitieux. N’hésitez pas à faire une pause en cas de fatigue.»

Assurer son équipement

Que ce soit dans un chalet authentique ou dans un restaurant de montagne confortable, les pistes offrent suffisamment de possibilités de faire une pause pour reprendre des forces. Mais attention. Là aussi, les dangers existent. Les vols de skis et de snowboards ne sont pas rares. Aux yeux de Théo Gmür, une assurance objets a donc tout son sens. Un tel produit permet d’assurer son équipement de ski et de snowboard, caméras incluses, pendant une durée allant de 2 à 92 jours. «En sachant que mon matériel est en sécurité, j’ai l’esprit tranquille», explique-t-il. «Ce n’est que comme cela que je peux vraiment apprécier le chocolat chaud que je bois après chaque journée de ski. Et si le soleil brille, la journée est parfaite.»

Une journée de ski avec Théo Gmür

Assurance objets

Assurez votre équipement de ski pour une durée flexible de 2 à 92 jours

Cela pourrait vous intéresser

Magazine
Comment pouvons-nous vous aider ? Top